Guichet unique, voie royale pour la sérendipité administrative?

Malgré le lancement enthousiaste du premier guichet unique en bibliothèque universitaire le mois dernier, la préfecture des Alpes Atlantiques vient de publier un communiqué qui en a dérouté plus d’un à Alberonne : « Le préfet suspend jusqu’à nouvel ordre tous les guichets uniques du département. Nous diligentons une étude approfondie sur cette procédure administrative encore insuffisamment maîtrisée ; elle sera menée avec l’aide des experts de l’Université des Beaux Ubacs ».

Mme Chansignon a précisé, ès qualités, que c’est en effet « une regrettable bévue qui a été commise, mais le processus a déjà fait ses preuves, un ajustement à la marge dans les contrôles de back office sera suffisant ». La responsable de la gestion de projet menée conjointement avec l’ENSSBI, Mme Marguerite Durable, confirme aussi que cette initiative rebaptisée « Opération GU de l’UBU » a reçu les palmes bibliothéconomiques de ces 2 prestigieuses institutions.

Mais que s’est-il passé exactement? Il y 15 jours un chassé-croisé administratif a déclenché un ballet préfectoral dont les ingrédients sont les suivants : une famille de ressortissants syriens vivant dans un foyer d’accueil et par ailleurs en situation irrégulière, malgré les efforts du moniteur étudiant spécialement formé à l’accueil du guichet unique expérimental, a reçu une interdiction définitive de quitter le territoire au titre de leur nouveau statut de « trésor national » que leur confère le code du patrimoine révisé en 2012. Symétriquement un lot de deux objets de nos réserves patrimoniales ont été reconduits à la frontière, l’un à Kiehl en Allemagne et l’autre directement à Venise ; il s’agit respectivement d’une dague ayant appartenu à Théodulfe et de l’exemplaire unique de l’Hypnerotomachia Poliphili ou Songe de Poliphile d’Aldomanus (1499). Le directeur de la Bibliothèque centrale de l’UBU ayant reçu à leur encontre un ordre de quitter le territoire français (OQTF) dans les plus brefs délais, il a pris attache avec les services compétents et organisé l’expulsion « en respectant tous les termes de la charte Marianne » a t il précisé.

Sollicitée pour comprendre les mécanismes qui n’ont pas permis de bloquer la procédure d’expulsion, Mme Chansignon a invoqué une sagesse pédagogique qui n’est plus à démontrer : « La gestion de projet est un art qui procède par tâtonnements, et un apprentissage réussi suppose bien des essais et erreurs ». « C’est en allant jusqu’au bout de nos projets que l’on peut cerner toute la chaîne des processus cognitifs complexes de l’apprentissage bibliothéconomique » a t elle encore ajouté avant de rebondir et conclure par des propos à méditer : « D’abord quand on fait le choix conscient de l’innovation disruptive, il n’y a pas d’omelette sans casser des oeufs. Ensuite dans cette affaire, on a même atteint des sommets inégalés de sérendipité, puisque grâce à cette famille syrienne devenue « trésor national », un pont symbolique a été érigé entre deux pays aux relations diplomatiques écornées depuis un incident récent. On pourrait même espérer une extension par récurrence à tout le peuple syrien ».

Les étudiants peuvent s’enorgueillir de cette grande ambition que l’UBU sait hisser chaque jour sur les hauteurs d’Alberonne.

Publicités

2 commentaires sur “Guichet unique, voie royale pour la sérendipité administrative?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :