« Il a tué la liste de résultats »

Stupeur à la BU des Beaux Ubacs ce matin à l’ouverture au public. Un dispositif très visible auxquels les riverains, les étudiants mais aussi le personnel ne sont guère habitués. Rubalise jaune et noire pour écarter les badauds et éviter la contamination de la scène de crime, gyrophares de la police encore visibles à plusieurs endroits du campus, et une présence d’uniforme insolite dans cet endroit si tranquille du département des Alpes Atlantiques

Directrice du SCD, Mme Chansignon est arrivée la première, et elle tente de détendre l’atmosphère : « A vrai dire, je ne pensais pas un jour devoir expliquer qu’un SCD était aussi une « scène du crime documentaire », imaginez le scandale! ».

handcuffs-2102488_1280
L’homme a été neutralisé par le BID, mais hélas, le crime était déjà consommé

Plus tôt dans la nuit, un homme d’une quarantaine d’année a été emmené après une prise d’otages qui a duré près de trois heures. Les étudiants présents en nocturne dans les locaux à l’approche des examens et qui ont eu à faire avec le forcené sont commotionnés mais aucun blessé grave n’est à déplorer. Les hommes du BID, Bataillon d’Intervention Documentaire, habitués aux techniques avancées du profilage pour faire face à ces agressions, ont très vite trouvé les mots appropriés. Le Commandant Camemberg explique : « Avec la structuration des mouvements de lutte contre le moteur de recherche Google, et la fédération des initiatives anti-modernes dans les BU, nous avons appris à ne pas perdre de temps, la rapidité de l’intervention étant la clé du succès ». Et c’est bien cette rapidité qui a évité que le drame ne se transforme en tragédie. En l’occurrence, le bibliothécaire undercover, d’astreinte à la bibliothèque centrale hier soir, et qui a pris le groupe en otage hier soir est une figure désormais classique de la lutte contre les moteurs de recherche. L’homme, profondément atteint dans son honneur de n’avoir pas été appelé pour une procédure de Non-assistance à utilisateur en danger, a constaté que le SIGB des Beaux-Ubacs, malgré de nombreux séminaires de formation aux usagers, était encore trop souvent concurrencé par Google, c’est pourquoi après avoir isolé le groupe dans son carrel de travail nocturne, coupé tous les accès extérieurs, il a décidé de passer à l’action et a commis l’irréparable : il a tué la liste de résultats.

Cette figure du Serial Result Killer, de plus en plus visible dans les SCD d’Europe fera l’objet d’une journée d’étude prochainement animée par les services du BID et la l’AFB.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :