Scène de vénerie à la bibliothèque de Sciences

Stupeur : une semaine après l’irruption d’un groupe de chamois, les lecteurs et le personnel de la BU de Sciences ont été surpris de voir celle d’un sanglier. Son arrivée a été bien plus brutale : culbutant un magasinier qui se trouvait sur sa trajectoire, il s’est élancé toujours tout droit en renversant de nombreuses tables. Les lecteurs les plus avertis ont observé alors que l’animal perdait du sang. Le calme semblait revenu, alors que le suidé s’était dissimulé derrière deux étagères d’usuels couchées l’une sur l’autre par l’agitation, quand une seconde surprise, plus étonnante encore, les saisit : l’arrivée d’une meute de chiens aboyant suivis rapidement d’une équipe de cavaliers sonnant de la trompe. La confusion a alors été totale, entre les chiens qui courraient, les chasseurs essayant de dominer leurs chevaux paniqués et les étudiants ne parvenant pas à trouver les références de leur bibliographie. Profitant de cette situation, l’un des chiens poitevins a même englouti le sandwich au pâté qu’un lecteur avait posé. La direction rappelle à cette occasion qu’il est strictement interdit aux usagers de la BU de poser leur nourriture sur les tables, qu’il s’agisse de pain de sel ou de sandwich maison. Acculé, le sanglier a réussi à se frayer un passage à travers la meute et les mouvements d’étudiants avant d’être abattu.

the-head-of-the-boar-436505_960_720.jpg
On fait moins le malin !

La date insolite de cet évènement, qui n’aura pas échappé au lecteur averti, n’a pas moins compté dans la surprise des témoins : elle s’explique aisément par l’arrêté préfectoral prolongeant exceptionnellement la chasse à courre jusqu’au 1er mai, les quotas n’ayant pas été remplis pour la saison. Mme Chanssignon, directrice du SCD, se veut rassurante : « Cette situation inédite était tout à fait justifiée : le sanglier étant déjà blessé, les chasseurs n’ont fait qu’exercer leur droit de poursuite de gibier dans le cadre prévu par la loi. Comme il s’était réfugié dans la bibliothèque, il était naturel pour l’équipage d’y pénétrer le plus tôt possible. C’est une question d’éthique. Je tiens à saluer le sang-froid du personnel de la bibliothèque qui a fait tout en son pouvoir pour gérer la foule. Par ailleurs, les dégâts subis seront entièrement pris en charge par la fédération de chasse du département des Alpes-Atlantiques ; leurs assurances verseront aussi intégralement les indemnités à la famille de Raoul Leboquet, étudiant en master tué accidentellement par une balle perdue ». Les bibliothécaires envisagent de mener une action de valorisation du fonds cynégétique pour commémorer cet épisode. En attendant, ladite fédération de chasse a exprimé sa gratitude à la bibliothèque en offrant le trophée de ce superbe sanglier solitaire de 154 kg qui orne désormais le bureau de Mme Chanssignon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :