Les suspensions de prêt, jugées injustes, vont être remplacées par un éventail de châtiments corporels

Depuis des années nous devons faire face aux récriminations d’étudiants, jugeant particulièrement injuste la suspension de leurs droits de prêt pour une durée équivalente à leur retard. Que de situations conflictuelles à gérer, d’utilisateurs en larmes lorsqu’on leur annonce, en périodes de révision, qu’ils ne peuvent plus emprunter de documents.

Les bibliothèques de l’UBU, jamais avares d’innovations, et toujours à l’écoute de leurs utilisateurs, se sont saisies du problème en le confrontant à la seule façon de résoudre pareille équation : un atelier d’idéation. A son terme, il nous est paru à tous évident qu’il fallait remplacer ce système caduque et discriminant par un éventail de châtiments physiques, beaucoup plus équitable, dont nous vous donnons ici la primeur.

  • Jusqu’à deux jours de retard : l’utilisateur s’en tire avec une simple gifle.
  • Entre trois et cinq jours : on lui administre un très ordinaire coup de poing dans le ventre, avec possibilité de répétition s’il tombe à terre.
  • Entre six et dix jours : vingt coups de fouet seront administrés au contrevenant.
  • Entre onze et vingt jours : un doigt sera prélevé sur l’utilisateur.
  • Entre vingt-et-un et trente jours: une main sera prélevée sur l’utilisateur.
  • Au-delà de trente jours : pendaison aux fourches patibulaires d’Alberonne.
pillory-51540_640
« Ah Kévin, je vois que vous avez un peu de retard ! »

« Ce système est bien plus pertinent » se réjouit Anaïs du syndicat étudiant Bouge ton UBU. « Finies les injustices ! On pourra toujours emprunter des documents quoiqu’il arrive. De plus, puisque nous comptons des doigts par dizaines, des mains par paires et des vies par unica, ce n’est pas particulièrement gênant si on nous en prélève un peu ». Le son de cloche est un peu plus nuancé du côté du l’UEFA (Union des Etudiants Familiers d’Alberonne) : « Non, non, non et non. Cela ne résout en rien le problème de fond : pourquoi devoir nécessairement punir les étudiants pour leurs retards ? Ne pourrions-nous pas imaginer une bibliothèque où l’on pourrait acheter les livres que l’on emprunte, sans avoir nécessairement à le rendre après ? Cela éviterait bien des problèmes. En attendant nous préférons largement les châtiments corporels aux pénalités financières ou aux suspensions de prêt. »

Mme Chanssignon salue elle « une belle innovation, qui met fin à un légitime sentiment d’injustice, responsabilise les utilisateurs et offre aux agents l’occasion d’exprimer certaines tensions qui sommeillent en eux ». Mme Aussade abonde : « Je n’y vois que du positif. J’ai par ailleurs demandé à Michel de profiter de sa présence sur des terrains de guerre pour faire du benchmarking et nous permettre, à son retour, d’étoffer un peu notre offre de services».

6 commentaires sur “Les suspensions de prêt, jugées injustes, vont être remplacées par un éventail de châtiments corporels

Ajouter un commentaire

  1. Une politique que ne désavouerait pas le célèbre François Martinet. Peut-on envisager que les morceaux de corps ainsi prélevés rejoignent les collections de la salle d’anatomie de la BU Santé ?

    J'aime

  2. Bravo ! On ne peut que se féliciter de l’introduction d’une proportionnalité des peines dans le règlement de l’UBU. Puis-je toutefois suggérer une amélioration ? Une plus grande diversité des peines afflictives et infamantes : je pense à l’exposition publique sur un carcan, ou à l’envers sur un âne dans l’université. Y avez-vous songé ?
    Bien à vous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :