Pour mettre fin aux réservations abusives, l’UBU va rendre payant le stationnement sur les places de travail

Qu’elle parle maintenant ou se taise à jamais, la bibliothèque qui n’a jamais dû faire face à des réservations abusives de places de travail, qui à l’aide d’un stylo et d’une feuille blanche, qui par une pile de livres négligemment jetée sur la table, qui à l’aide d’une trousse et d’une écharpe savamment disposées. Pour résoudre ce problème, particulièrement sensible lors des périodes de haute fréquentation, certaines bibliothèques ont mis en place un système d’horodateurs permettant d’indiquer son heure de départ. Si au bout d’une heure l’utilisateur n’est pas revenu, ses affaires sont évacuées. Mais las, les problèmes persistent, les étudiants falsifiant leur heure de départ, ou demandant à leurs petits camarades d’avancer le curseur régulièrement. D’autres y ont même adjoint une petite pile, pour en faire de véritables horloges tournant toutes les heures.

A nouveau problème, nouvel atelier d’idéation. Après moult post-it, force Légos et innombrables boîtes de pâte à modeler consommées, nos équipes en sont arrivées à la conclusion suivante : il faut pousser plus loin la logique des horodateurs et rendre payant le stationnement sur les places de travail. « En rendant le système plus coercitif, nous responsabilisons l’étudiant et lui permettons de saisir la valeur du service qui lui est offert » décrit Mme Aussade.  » Le stationnement payant va permettre de lutter contre ces étudiants ventouses qui monopolisent une place pendant plusieurs jours ou contre ceux qui en bloquent une pendant des heures sans venir. De plus, l’étudiant à l’arrêt consomme un énorme espace, que nous ne sommes plus en mesure de lui fournir. Dans un contexte de raréfaction des places de travail, il devient inévitable de les rendre payantes si l’on ne veut pas que l’espace de la bibliothèque ne devienne saturé, privatisé et dévalorisé, sous la pression du stationnement. Cela permet de limiter la demande à ce qui est nécessaire et de libérer les espaces au profit d’autres usages : jeux, espaces de détente et de rencontre » estime-t-elle.

graduation-879941_640
Le stationnement payant, un tremplin pour réussir ses études

Dans un souci de cohérence, il a été décidé d’appliquer les tarifs pratiqués par la ville d’Alberonne pour le stationnement des véhicules : 2 € l’heure, avec gratuité les dimanche, jours fériés et le mois d’août (ce qui se trouve correspondre à nos périodes de fermeture). Finis les sympathiques horodateurs en cartons, d’authentiques machines vont être installées en salle de lecture, pour permettre à nos étudiants d’acheter leurs tickets de stationnement. Des rondes effectuées par nos équipe de contractuelles permettront de débusquer le fraudeur. Là encore, homogénéité des tarifs : 22 € en cas d’impayé, 137 € en cas de stationnement gênant (sur les couloirs de chariots notamment).

« L’UBU répond ainsi pleinement aux besoins de ses utilisateurs, fâchés de trouver souvent quantités de places réservées dans une bibliothèque à moitié vide. Cela représente aussi une nouvelle source de revenus pour nous. C’est très intéressant. Tout le monde y trouve son compte» conclut Mme Chanssignon, certainement aussi ravie que nos étudiants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :