Grâce au succès de l’advocacy, bibliothécaire élu « métier le plus sexy du monde »

Enfin, nous voilà reconnus à notre juste valeur. La dernière étude menée par l’Institut de Mesure des Pratiques Culturelles (IMPEC) a livré un résultat sans appel : qu’il s’agisse des hommes ou des femmes, les bibliothécaires arrivent largement en tête des métiers jugés « les plus sexy». Les pompiers peuvent ronger leur casque, les chirurgiens avaler leur scalpel et les hôtesses de l’air raboter leurs talons, ce sont dorénavant les bibliothécaires qui mènent le bal.

Une surprise qui n’en est pas une pour les observateurs les plus assidus de notre petit monde bibliothéconomique, et en premier chef, pour Mme Chanssignon, notre inénarrable directrice de SCD : «  le/la bibliothécaire allie des connaissances universalistes à un perpétuel souci de médiation, la constance du fonctionnaire au frisson ardent de l’innovateur, l’érudition du chercheur à la condition physique optimale de l’athlète -puisqu’il passe ses journées à ranger, pousser, couvrir, sauter, inventorier ou désherber. Surtout, à l’heure de la totale saturation des connaissances mises à notre disposition, la question n’est plus de savoir qui produit l’information, mais qui est en mesure de nous aider à trouver et à évaluer celle que l’on recherche. Du chaos de notre paysage informationnel déliquescent, surgit le bibliothécaire, tel une promesse de bonheur, une fenêtre sur le nirvana, inégalable séducteur infatué» déclare-t-elle au dépourvu.

Success EveryPixel.com
                                                                             We did it !

Cette reconnaissance résulte en grande partie du travail d’advocacy mené par les bibliothèques ces dernières années. A force de communiquer sur nos métiers, de défendre notre utilité auprès des tutelles et notre importance dans le cœur de nos concitoyens, de s’approprier les RSN les plus divers, de desserrer nos chignons et les cols de nos cravates, de remplacer nos gilets par des pulls Jacquard, de faire des calendriers dénudés en veux-tu en voilà, des clips vidéos ou des flashmobs bibliothéconomiques, nous y sommes : l’image du bibliothécaire a définitivement changé.

« En société, dès que je dis que je suis bibliothécaire, je déclenche systématiquement des cris de passion ou d’admiration » témoigne Michel, notre maréchal des logis en position hors cadre. « Les hommes me mettent de grandes claques dans le dos, les femmes se pâment et les enfants dansent en farandoles autour de moi. Je suis toujours le centre de l’attention. Il n’y a rien à faire. On me presse constamment de questions au sujet de la FRBRisation des données, du fonctionnement d’un VPN ou de mes SIGB préférés. C’est épuisant à force ».

De fait, le bibliothécaire a envahi l’imaginaire collectif : le déguisement « Melvil Dewey » est devenu l’incontournable des derniers Halloween, les jeux vidéos les plus violents (et par conséquent les plus populaires) sont ceux consacrés à la négociations des ressources électroniques, les biopics s’enchaînent (celui consacré à Eugène Morel débarquera dans nos salle noires le mois prochain, après avoir conquis l’Amérique), les images de bibliothécaires colonisent les panneaux publicitaires et les derniers sondages ont reconnu en la présidente de la Bfn la personnalité préférée des français.

Aujourd’hui, tous les enfants ne rêvent plus que d’une chose : devenir « bibliocéthaire ». Cela risque toutefois d’être difficile pour eux. Les salles de concours ne désemplissant pas, on approcherait désormais d’un de taux de réussite de 1 pour 10000. Ils devront certainement se rabattre sur des professions plus raisonnables, comme cosmonaute ou président de la République.

Publicités

11 commentaires sur “Grâce au succès de l’advocacy, bibliothécaire élu « métier le plus sexy du monde »

Ajouter un commentaire

  1. Les paparazzi campent jour et nuit devant l’ENSSBI, on ne peut plus sortir sans se faire mitrailler… Les nouvelles promos d’élèves fonctionnaires viennent d’ailleurs d’adresser une pétition au ministère pour réclamer l’attribution d’une paire de lunettes de soleil par agent de la filière bibliothèques. Ce n’est pas une vie, la célébrité !

    J'aime

  2. A signaler également : compte tenu de la véhémence de certains bibliophiles, le ministère a décidé l’ouverture d’un concours « Agent de sécurité des personnels de bibliothèque ». A la rentrée 2017, chaque bibliothèque devrait être accompagné d’un garde du corps personnel pour effectuer ses heures de service public en toute sérénité.
    Merci pour ce témoignage.
    Bien à vous,
    Les bibliothécaires de l’UBU

    J'aime

  3. Je viens juste de découvrir le blog, great ! En bon lecteur et veilleur quotidien sur le Gorafi, j’apprécie que ça ne se limite pas au Premier Avril, avec un billet par an.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :