[Publication] A. B. Cédaire, « Du refoulement au pilon. Pour un foulonnage du stéréotype en bibliothèque »

books-21849_1280

Des chignons et quoi d’autre?

Nous publions en exclusivité les bonnes feuilles du dernier opus du professeur A.B. Cédaire, bibliothécothérapeute : Du refoulement au pilon. Pour un foulonnage du stéréotype en bibliothèque (Presses de l’UBU, 2017), travail exigeant qui couronne une vie d’analyse menée dans les SCD du monde entier. Souvent citée sans jamais être totalement comprise, la méthode analytique appliquée en bibliothèque a atteint un degré de maturité suffisant pour justifier son entreprise. Écoutons plutôt:

« Pour la bibliothécaire, la figure du chignon serait le lieu de naissance et en même temps le point culminant, une façon d’être, et même, la condition de sa survie. Derrière et dessous le chignon, la bibliothécaire « en cheveux », comme on disait à l’époque de nos grands-mères, se manifeste l’objet (a) du vouloir vivre, et même du vouloir-vivre-livre, et, en dernière instance du livre ivre et libre. » (p.69)

« (…) Or c’est du monticule capillaire arrangé  qu’il s’agit, et à cette structure souvent associée à un filet, répond presque terme à terme l’acte du pilon c’est à dire la trajectoire assumée d’un document évacué par le fondement de la bibliothèque : c’est sans filet que le document vivra désormais une autre vie, hors de vue, c’est à dire une non-vie. Pour que la symétrie de la geste documentaire soit complète, un refoulement de la collection ne saurait s’accommoder du non-lieu d’un chignon, il doit laisser la place à l’hyper-lieu du corps ouvert sur un je-ne-sais-quoi. Répétons-le encore et encore, c’est en tant qu’elle opère comme résille que la coiffe bibliothécaire empêche la résilience documentaire. En libérant le chignon c’est la maieutique du pilon qui peut s’émanciper des symptômes de son refoulement. Et l’histoire peut alors reprendre : Longtemps je me suis coiffé de bonheur… » (p.433)

A. B. Cédaire, Du refoulement au pilon. Pour un foulonnage du stéréotype en bibliothèque. Alberonne : Presses de l’UBU, 2017. 495 pages. 29€

Un commentaire sur “[Publication] A. B. Cédaire, « Du refoulement au pilon. Pour un foulonnage du stéréotype en bibliothèque »

Ajouter un commentaire

  1. cf. « Vertigo », où le chignon tourbillonnant légendaire se montre dans un musée et non une bibliothèque…
    Et comme refoulement mortifère, ça se pose là !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :