[Tribune] Simplifions le vocabulaire de nos métiers

A l’initiative du DGS de l’UBU, les présidents de l’AFB (Association Française des Bibliothécaires), de l’ADBGC (Association des Directeurs de Bibliothèques des Grandes Cités), de l’ACBDBU (Association des Conservateurs et Bibliothécaires Directeurs des Bibliothèques Universitaires) et de l’ADBGP (Association des Directeurs de Bibliothèques Générales de Prêt), ainsi que des représentants de la MISTRD au MESR, de la DGMIC au MCC, de l’IBG (Inspection des Bibliothécaires Généraux) et des différentes CAPN de BIATSS se sont rencontrés trois jours durant dans notre belle région Alpes-Atlantiques (nouvellement créée suite au 2e volet de la RT, précédée par la MAPTAM et suivi de la loi NOTRe) afin de travailler à la simplification de notre vocabulaire professionnel.

Il se trouve en effet encore et toujours des utilisateurs pour ignorer qu’un VPN (EZ-Proxy) leur permet d’accéder à ENI ou DOSS. Ils délaissent le PEB et le PIB, éprouvent de grandes difficultés à recourir aux OPAC (pourtant bien plus maniables que nos SIGB), rechignent à s’inspirer de la richesse indiciaire de la CDD, de la CDU et de la NLM, mais surtout à comprendre que RAMEAU n’est pas fMESh.

Ce souci, déjà lointain, de clarification, avait mené à de grands chantiers de normalisation qui semblent aujourd’hui toucher à leurs limites. Étonnamment, bien peu d’usagers différencient l’UNIMARC (même FRBRisé) du MODS (qu’en sera-t-il en RDA ?!), le SRU (et son jumeau SRW) de l’OAI-PMH (et ce même depuis le passage à la v. 1.1 qui tenait pourtant compte des modifications apportées par le W3C au XML) voire même du Z 39.50 (développé, comme tout le monde le sait, par le ZIG en s’appuyant sur l’ISO 23950). Les COPIL de POLDOC s’étant tournés vers Conspectus n’y ont pas trouvé non plus le succès escompté.

Les dernières ESGBU des SCD du MESR avaient déjà donné l’alerte. Une veille appuyée sur les RSN et RSS le confirme, de même que les établissements qui se sont tournés vers Bibqual : nos usagers ne nous comprennent plus !

Si les causes profondes de cette incompréhension nous sont encore inconnues, nous appelons aujourd’hui, nous représentants des BU, BM, BMC, BMVR, BDP, BNF, BPI et BNU, à limiter l’emploi d’un jargon réservé aux happy few de l’IST. Nos trois jours de conférence nous ont déjà permis de nous accorder sur un point : parler de Bureau de Renseignement Immobile et Mobile d’Aide à la Découverte des Espaces et Services (BRIMADES) plutôt que de banque d’accueil. Puissent les Brimades renforcer la confiance que nos utilisateurs nous accorde !

Une seconde conférence a déjà été fixée à juin 2019, afin de poursuivre ce beau travail de clarification. Toutes les bonne âmes, au fait des usages et langages d’aujourd’hui, y sont chaleureusement conviées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :